MAUDITS SOIENT LES YEUX FERMÉS




fl3w300




Prix Spécial
du Festival du Scoop d'Angers 1996

90 minutes
Montage : Jean-François Giré
© Interscoop, La Sept/Arte, 1995


Le Nouvel Obs
“Les premiers témoins regardent les fleuves englués par les cadavres, comptent les monticules de corps et les villages dépeuplés à coups de machettes. On marche sur des charniers. "Il ne s’agit pas de dérapage d’une guerre civile ou de crimes de guerre, ni d’une explosion spontanée de violence dans un contexte de colère ou d’auto-défense populaire mais bien d’une campagne d’extermination organisée visant à tuer l’ethnie minoritaire Tutsie" écrit Françoise, juriste européenne. Génocide, extermination organisée, ethnie différente...Nous y revoila. Les professeurs nous ont menti. Aujourd’hui, il pleut sur les "mille collines". Dans l’école catholique d’un village près de Kigali, l’herbe a repoussé autour des cranes et des ossements qui séchent à même le sol. Chaussures éparpillées, tâches de sang séché, mèches de cheveux, ossements d’enfants..On a tout laissé en l’état. Près de la dépouille d’un enfant, un livre ouvert, le "Roman de Renard", qu’il n’a pas eu le temps de terminer. A la page 125, on peut lire : "Maudits soient les yeux qui se ferment quand ils doivent rester ouverts."
Jean-Paul Mari